Dr Martens

Le Chti a (enfin!) testé le Grimbergen Burning Bar

Le Chti a (enfin!) testé le Grimbergen Burning Bar

21 Jui 2019 | LES TOPS - SORTIR

 

Récit d’une soirée enflammée…

Nous entrâmes au Grimbergen Burning Bar vers 21h tel des enfants découvrant un parc d’attraction.

L’extérieur sobre et élégant ne laisse rien présager du sombre destin de l’abbaye ce soir. Une fois à l’intérieur, le plus dur est de choisir par où commencer.

Les dernières lueurs du jour nous poussent à d’abord visiter le jardin. La terrasse, séparé de la pelouse par un comptoir est idéale pour commencer notre aventure. Quelques tables permettent de profiter des derniers rayons du soleil. Malgré la pluie, on s’y attable volontiers.

Toutefois, il s’agit d’abord de s’abreuver. Ni une ni deux, nous nous dirigeons vers le bar sur la pelouse au fond du jardin pour goûter la Pale Ale. Le résultat est à la hauteur de nos espérances : Les notes florales réunies grâce aux trois houblons aromatiques composant la bière se marient parfaitement en bouche et nous assure une dégustation très agréable.

Au milieu, un feu crépitant nous rappelle la menace qui pèse sur les lieux…

C’est alors que les premiers comédiens de la troupe Big Drama commencent leur numéro… Ils se mêlent aux visiteurs et deviennent en quelques minutes de joyeux camarades avec qui l’on rit de bon cœur.

Après avoir assisté, amusé, à la querelle entre deux sœurs vivant dans l’abbaye, nous rentrâmes à l’intérieur pour visiter : au rez-de-chaussée, le bar permet de se rafraîchir et de déguster les bières Grimbergen. A côté, une salle est entièrement dédiée à un grimoire à taille humaine racontant l’histoire de l’abbaye.

photo 

Comme un miroir, une salle dont la pénombre tranche avec les lumières jaunes des deux premières pièces attire notre attention, comme si la pièce avait déjà brûlé… Quelques fauteuils, des canapés et une petite table meuble une pièce très sombre où les lumières rouges créent une ambiance étrange. Dans un coin, le DJ anime habilement le lieu (un nouvel artiste se produira ici chaque jour). C’est alors qu’une chanteuse aux allures de Gitane complète le tout et nous plonge dans une douce atmosphère de rêverie…

Mais trêve d’égarement ! Il nous reste le premier étage à voir. Là, nous croisons le maître d’école, le maître des lieux à l’air austère qui nous fixe d’un regard glacial et nous murmure à l’oreille qu’il cherche ceux voulant mettre le feu à l’abbaye… L’incendie aura-t-il lieu ce soir ?

La cage d’escalier et son ton rouge orangé nous permet de découvrir les comédiens en portrait et l’abbaye en photo. Au premier étage, un autre bar aux lumières plus blanches nous emmène dans un troisième univers élégant et tendance. Nous immortalisons ensuite notre visite grâce au photocall dans la pièce d’à côté. 

La troisième pièce de l’étage, la bibliothèque est chaleureuse. Une grande table où trône quelques bougies la traverse. Sur tous les murs, des rangées de livres semblent vouloir nous révéler encore plus de secrets sur l’abbaye.

photo 

Mais il est temps de se mettre quelque chose sous la dent. Nous nous rendons donc au fond du jardin où l’équipe de la Cantina prépare au feu de bois de délicieux burgers, accompagnés de pommes de terre. Je complète par des empanadas au maroilles des plus appétissantes.  Il me reste juste assez de place pour une salade de fruits rouges avec de la chantilly… Le tout accompagne parfaitement les bières Grimbergen…

A peine terminé, ce qui devait arriver arriva. Vers minuit, des flammes apparaissent au premier étage. Rien de bien grave, l’incendie semble bénin. Mais peu à peu, c’est tout l’édifice qui s’embrase. De la fumée s’échappe des fenêtres. On aperçoit de l’extérieur les flammes que rien ne semble pouvoir arrêter. Et c’est l’histoire de l’abbaye Grimbergen qui semble se répéter à nouveaux et disparaître sous nos yeux. 

Les visiteurs ne pourront s’échapper que par la cave. Les démons du passé resurgissent et les cendres que remplissent le totem à l’entrée de l’abbaye ne font qu’augmenter… L’abbaye renaîtra-t-elle de ses cendres demain, tel son emblème le Phoenix ?

Note utilisateur ( votes)